El Corazon (en mode apnée)

Restant quelques jours à Machachi, nous avions plusieurs options de randonnées autour de nous. Après avoir fait l’Iliniza Norte, nous hésitions entre le Corazon et le Ruminahui. En discutant, nous avions l’impression que sans guide, nous pouvions avoir des difficultés à accéder au parc national du Cotopaxi, d’où commence l’ascension du Ruminahui. Nous avons donc opté pour le Corazon.

Comme nous avions besoin de nous reposer un peu et que le chauffeur de notre taxi n’avait aucune idée du parking, nous avons commencé assez tard (8h30). Mais finalement, aussi en le guidant nous même, nous avons réussi à atteindre le début de la randonnée.

Le parking Ingacorral (le nom est pas nécessairement connu chez les taxi), situé à environ 3700 mètres, est accessible par El Chaupi et comme souvent par une route bien trouée et sur la fin par des chemins de terre. Au parking, nous devons nous enregistrer (noms et numéros de passeport).

Au départ de la randonnée, on suit une route en terre jusqu’ à 4020m. Puis dans un virage, un panneau indique le chemin pour le Corazon. Celui-ci qui coupe droit vers le sommet. Le chemin se voit plutôt bien mais en cas d’humidité on recommande fortement de prendre un pantalon de pluie parce que l’on marche souvent dans l’herbe haute. Le ciel était déjà bien couvert mais nous pouvons voir le sommet de temps en temps. La rando est importante en distance. Du coup la première partie est plutôt plate. Plus tard, on arrive sur une sorte de plateau avant de enfin rejoindre l’arête qui mène au sommet. L’arête est assez sympa. La plupart du temps assez facile (T3) avec un passage clé au milieu ou il faut grimper un peu sur du bon rocher pour éviter des couloirs avec de la boue (T4+). Le chemin est très logique et on peut pas le manquer (encore moins si on utilise windy maps).

 

Au moment ou nous étions sur l’arête, il a commencé à pleuvoir, puis à neiger. On a quand même continué pour pouvoir arriver au sommet. On était un peu tendu par crainte qu’un orage arrive donc nous n’avons pas trainé sur les derniers mètres.

Heureusement, sur le sommet (4790m), on a pu profiter de quelques minutes de répits. On a mis 3h heures pour y arriver.

Pour la descente ça a tout juste suffit pour désescalader les pas un peu délicats avant qu’il recommence à neiger et pleuvoir. Mais le pire n’était pas encore arrivé car ensuite, il s’est mis à grêler. Sur les parties faciles, nous sommes descendu en courant pour ne plus être sur l’arête au cas d’orage.

 

Le reste de la descente s’est fait sous la pluie. C’était un peu dur pour le moral mais le terrain était très agréable pour marcher, notamment pour les genoux. Pour retrouver le parking on a mis 5h au total, ce qui est possible sans faire trop de pauses. Du parking, nous sommes encore descendu 20 min de plus, jusqu’à ce que la route soit carrossable, parce que la camioneta n’a pas pu monter sur la partie en terre du chemin à cause de la pluie. Malgré la pluie, c’était une belle randonnée et on était content d’avoir fait notre plus haut sommet en autonomie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :