Escalade et randonnées à Zion

Zion National Park est le premier de la grande série de canyons que nous allons découvrir en Utah.
En ce début du mois d’octobre, nous faisons notre retour en Utah. En effet, l’Utah était aussi la première étape de notre voyage aux État-Unis lorsque nous sommes arrivés mi-juillet. Nous avions alors été vers le nord à Maple Canyon et dans les Uinta Mountains situées à l’est de Salt Lake City.
Cette fois, ce ne sont plus les conifères et les lacs de montagnes qui forment le paysage mais le sable et les parois de grès aux couleurs chaudes et aux formes variées.
À Zion ce sont des murs allant du blanc au rouge, en passant par toutes les nuances de rose, qui se déploient devant nous.
Nous sommes restés une semaine à Zion National Park et nous avons alterné l’escalade avec des randonnées et des points de vue.

1. L’escalade à Zion National Park

Zion est un parc divisé en trois parties : Zion Canyon et la route UT9, la partie principale et la plus visitée (la partie Zion Canyon plus étroite est uniquement accessible en navette de mars à novembre), Kolob Canyon et Kolob Terrace.
Si nous avons majoritairement grimpé dans la partie Zion Canyon et le long de l’UT9, notre premier jour à Zion, nous nous sommes précipité vers Kolob Canyon.

1.1. Kolob Canyon

Kolob Canyon est une zone située au nord du parc de Zion. Elle est accessible par une entrée différente. Kolob Canyon est lui-même divisé en plusieurs canyons où l’on trouve des grandes voies impressionnantes. Mais le site auquel nous nous sommes intéressés, est le site de voies sportive Namaste Wall.

Ce site était sur la liste de nos priorités pour notre voyage aux États-Unis, depuis que nous avions vu des photos de la fameuse voie Namaste.
Le site n’est composé que de 5 voies. Mais quelles voies! L’emplacement est complétement improbable car les parois du canyon où elles sont situées sont très lisses. Cependant à un endroit où les murs deviennent déversants, apparaissent d’énormes trous disposés telle une échelle. Une aubaine pour les grimpeurs qui ont la chance de pouvoir découvrir ce lieu merveilleux.

De la plus facile à la plus dure, ces 5 voies sont :

1/2 Route (10+) Même si c’est la voie la plus facile, elle est aussi la plus compliquée car il y a tellement de trous qu’il faut chercher l’itinéraire avec les meilleures prises.

Dos Mitras (11a) ressemble à 1/2 Route mais contient deux passages un peu bloc. Pour le reste, il faut juste aller tout droit et suivre les trous situés les uns au dessus des autres jusqu’à ce qu’on n’ait plus la force de tenir dans le dévers régulier.

Namaste (12a) est la fameuse voie qui fait la réputation du secteur. Une belle photo suffit pour vouloir la grimper. Si c’est pas le cas on n’est pas vraiment un grimpeur 😉
Les premiers 4 spits sont les plus durs. C’est donc dès les 10 premiers mètres qu’on a eu les bouteilles. Il faut grimper les autres 25 mètres avec les bras fatigués. Heureusement, toutes les prises sont des bacs sur cette magnifique échelle déversante!

Huecos Rancheros (12b) Un poil plus dure que Namaste. Comme cette dernière, c’est une voie d’endurance sur bonnes prises dans la première moitié, puis quelques pas de bloc entre des bons repos dans la deuxième.

La 5ème voie, Twins Paradox (13a), avec les spits plus espacés est moins parcourue et nous ne l’avons pas fait.

Comme nous étions les seuls grimpeurs sur le mur ce jour là, nous avons pu faire les 4 premières voies l’une après l’autre. Apparemment, même après deux mois à courir les fissures, il nous restait un peu de force pour tenir encore des prises. Cela vaut vraiment le coup d’y aller, même que pour un jour.

1.2. Zion Canyon

Les jours suivants nous avons grimpé dans la partie Zion Canyon, où on retrouve des voies traditionnelles ou mixtes.
Zion est réputé pour ces grandes voies longues, engagées et les descentes compliquées voire dangereuses. Nous sommes restés sur des voies d’une longueur ou des grandes voies faciles pour ce premier site de fissure sur grès pendant notre voyage.

Nous avons commencé par le secteur Ataxia Tower pour une demi-journée de grimpe, après avoir fait la randonnée Angels Landing le matin.

La voie Ashtar Command (5.9, 2 longueurs) passe sur une petite tour. Estelle a fait la première longueur en tête, une belle fissure de taille variée en 5.8, avec plusieurs vires horizontales et des prises à coté. Pour la deuxième longueur, Michel a continué dans la fin de la fissure. Puis, il a rejoint un mur bien équipé, en allant vers la droite, avec de bonnes failles et prises.

Ensuite, nous avons essayé la voie Woods Route (5.11, 2 longueurs).

C’est une escalade technique sur micro réglettes avec des pas d’adhérence. La voie est équipée mais de façon espacée et engagée puisqu’il faut faire quelques pas fins et techniques entre les points. Michel a parfois réussi à ajouter quelques petits friends et coinceurs dans des petites failles et fissures que l’on trouve de temps en temps. Dans la deuxième longueur, il est tombé dans le passage dur. Se trouvant dans un bombé, il ne voyait pas les prises du bas et n’ayant pas le moral pour faire un autre essai, nous sommes redescendu en rappel.

Le lendemain nous avons grimpé au Secteur Confluence Area.

La petite voie, Salty Dog Arete (5.9), permet d’arriver sur une vire d’où part de supers voies sportives, bien protégées.

La première est Tribute, (10+). Elle part vers la gauche. On clip un premier spit caché avant d’attaquer un dévers évident. Ce passage clé est très physique mais offre quand même des prises positives. On grimpe pendant 50 mètres sur du rocher très sculpté avec de nombreuses réglettes et petits bacs.

La deuxième voie que nous avons fait en partant de la vire est The Battered Wright (10+). Après une traversée au début où il vaut mieux rester bas, on passe par un devers sur bonnes prises pour finir sur un beau mur vertical avec des petites réglettes.

La fissure à doigt de Crimson King (11c) aurait été un joli projet a essayer si on aurait pu rester plus longtemps sur ce mur, mais le soleil qui est arrivé vers 13h, nous a forcé à terminer la séance et à aller chercher un secteur à l’ombre.

Nous sommes donc aller au secteur Headache Area pour essayer une voie sur laquelle nous n’avions lu que de bons commentaires :

The Headache (5.10, 3 longueurs).

Ce sont 3 longueurs de fissures de mains (camelots 2 et 3) et de petites mains (camelots 0,5 à 1) avec un court passage d’offwidth dans la première longueur. Une voie soutenue et variée qui mérite bien son statut de classique. Avec plusieurs passages en splitter crack, nous avons pu tester notre maitrise des coincements.  Nous étions très content d’avoir pu enchainer les trois longueurs de cette magnifique voie.

Un autre jour, nous sommes allé au fond du canyon pour grimper au secteur Cerberus Gendarme, qui possède principalement des voies d’une longueur. Comme les températures ont bien baissé ce jour là nous avons choisi d’aller à ce secteur qui reçoit du soleil de 10 à 16 heures à cette période de l’année.

Nous avons passé pas mal de temps dans Fails of Power (10b), où nous avons pratiqué notre technique du corner, puisque cette fissure de main est située dans un coin où les deux murs forment un angle de 90°.

IMG_9907
Fails of Power

Une fois que nous l’avons réussi (ce qui nous a pris deux essais), nous avons continué avec l’extension (11c) qui est une fissure de petites mains qui se rétrécit à une taille de doigts. Le passage clé est dans un toit où la fissure est d’une taille d’off-finger (c’est à dire d’une taille trop petite pour pouvoir rentrer la main mais encore trop grande pour coincer les doigts). Ce passage là justement, nous n’avons pas réussi.

Cherry Crack L1 (5.9) est une voie dont on se souviendra longtemps. Des blocs et des failles de tailles différents forment une fissure diagonale de 8 mètres. Ensuite, on arrive au cœur de la voie : une fissure de main parfaite. Des bons pieds limitent un peu les difficultés même si la fissure reste soutenue.

En attendant la navette à Big Bend, nous avons observé des condors californiens qui avaient élus domicile dans les falaises en face. Ces condors font partis des plus grands oiseaux du monde (1,40 mètres de longueur et 2,90 mètres d’envergure). Ils se trouvent uniquement dans l’ouest des États-Unis et ont été au bord de l’extinction au milieu des années 1980. Aujourd’hui, les populations sont suivit de près ; tous les individus sont marqués et étudiés.

Toujours de Big Bend, nous avons pu apercevoir la fameuse voie Moonlight Buttress. Cette voie de réputation mondiale nous aurait bien tenté mais nous la jugions trop dure pour la faire en libre. L’essayer en artif n’était pas une option comme nous ne voulions pas contribuer à abîmer le grès malléable de cette voie.

1.3. Secteur Checkerboard Mesa

Le fait que l’on puisse grimper à Zion sur des dunes pétrifiées a attisé notre curiosité pour agrandir la diversité de nos expériences de grimpe. Ces dunes pétrifiées se trouvent sur un plateau, dans la partie est de Zion. Elles forment un paysage doux et vallonné qui contraste avec les parois verticales et imposantes du canyon. L’escalade sur ces dunes était à la mode dans les années 70. Elle l’est beaucoup moins aujourd’hui et on a pu comprendre pourquoi en testant par nous même…

Le Checkerboard Mesa est le sommet sur lequel nous avons jeté notre dévolu. Plusieurs fissures verticales et une myriade de vires horizontales lui donne une belle structure et tout ça est coloré en blanc, jaune et rouge. Une voie mène au sommet de cette mesa : Wheat Chex (5.7)

La voie suit la seule fissure qui est continue de bas en haut (la plupart des fissures verticales ne montent pas au sommet du dôme). L’escalade a l’air facile du bas, en adhérence avec son inclinaison dalle mais il y a aussi de quoi s’aider avec les strates que forment les fissures horizontales. Ainsi, nous pensions la faire très vite et même probablement grimper en simultané.

Il y a quand même quelqu’un sur Mountain Project, qui avait mis comme commentaire sur cette voie, comme quoi il a abandonné après 20 mètres, après avoir glissé deux fois sur la dalle en bas. Comme nous étions persuadé de pouvoir faire la voie, on c’est dit que c’était peut être une mauviette qui avait écrit ce commentaire. Mais une fois dedans, on s’est rendu compte de la réalité : cette voie est devenue un vrai challenge et une aventure très mémorable.

Après seulement 20 mètres et environ 10 mètres au dessus du seul friend moyen, Michel était déjà en difficulté sur la dalle qui devenait plus raide, très sableuse et pas du tout adhérente. D’ailleurs les fissures étaient remplies de sable et on doutait un peu de la stabilité des rares friends qu’on a pu poser. Avec le sable qui commence a se désolidarisé de la paroi sous les chaussons d’escalade, cela donne moyennement confiance et on s’imagine déjà faire le toboggan jusqu’en bas si on glisse.

Mais on a quand même réussi à continuer et après 80 mètres, Michel a pu installer un relais avec trois friends dont un semblait solide. Heureusement, il y avait quelques petits buissons qui étaient les bienvenus comme prises (il a quand même fallu ne pas tirer trop fort dessus pour veiller à ne pas les arracher).

IMG_9877
Parfois dans la vie, il faut savoir se contenter de ce que l’on a.

Nous avons fait la voie en 5 longueurs et après 2h45 de grimpe nous étions rassuré d’arriver sur le plateau en haut et de profiter de la belle vue. Nous n’avons jamais grimpé une voie comparable. La difficulté technique n’est pas importante, c’est surtout le challenge de trouver la protection et de grimper avec confiance sur le rocher sableux. La voie est aussi engagée car une fois dedans, c’est dur ou dangereux d’abandonner et de redescendre dans la voie. Il vaut mieux continuer et sortir par le sommet.

2. Quelques randonnées à Zion

Le canyon de Zion est réputé pour la randonnée et nous avons eu envie d’en faire quelques unes qui promettaient de belles vues et qui nous permettaient de découvrir d’autres coins du canyon. Les deux principales et plus intéressantes randonnées que nous avons fait sont Angels Landing et The Narrows.

2.1. Angels Landing

Angels Landing est l’une des randonnées phare de Zion. Le sommet donne en effet une vue panoramique sur le fond du canyon.

IMG_9705
Comme la plupart de nos randonnées, nous avions prévu de partir tôt. Même trop tôt puisque nous avons dû attendre la première navette qui est arrivée à 7 heures alors que nous pensions qu’elle serait à 6 heures.
Nous étions d’abord en mode « randonnée tranquille », ça a vite changé quand nous avons vu tous les autres randonneurs habillés en tenu de trail et près à courir pour être les premiers sur le chemin de randonnée, notamment une famille qui était devant nous au départ. À un moment un des garçons a demandé pourquoi il fallait aller si vite dans cette randonnée et sa mère lui a répondu qu’il fallait être les premiers avant la partie finale de la randonnée où le chemin passe sur une arête aérienne et étroite et où il n’est pas possible de doubler ce qui peut causer des embouteillages.
À ce moment, nous avons compris que ca ne rigole pas mais nous avons accepté le chalenge de nous battre pour être les premiers. En enlevant le pull tout en marchant, nos concurrents se sont rendu compte de notre détermination. Le début de la randonnée se fait sur un grand chemin bétonné qui zigzag à flanc de falaise. Puis on passe le long d’un plus petit canyon qui mène à une deuxième série de lacets plus raides et plus étroits. Un chemin plus intéressant pour son architecture plutôt que pour le paysage naturel.

Enfin on arrive sur l’arête, la partie la plus intéressante de la randonnée. Elle n’est dénaturalisée que par les chaînes qui permettent aux malheureux qui ont le vertige, de s’agripper. Et finalement, l’arête nous mène au promontoire d’Angels Landing. Avec ce passage où, en tant de grimpeurs, nous avons pu semer les derniers randonneurs résistants, nous arrivons les premiers au sommet d’Angels Landing.

Mais quelle défète quand nous avons réalisé qu’un groupe de jeunes étaient déjà tranquillement assit au sommet à regarder les rayons de soleil qui commençaient à entrer dans le canyon. Nous n’avons toujours pas compris comment ils ont pu arriver à un tel exploit 😉

2.2. The Narrows

Lors de nos trajets en navette pour aller dans le canyon de Zion, nous avons croisé de drôles de personnes à l’accoutrement bien particulier. Muni d’un grand bâton et de chaussures (et parfois même de pantalon) jaunes ou rouges, on c’est demandé si c’était une tenue de combat pour assommer les randonneurs concurrents à Angel Landing. On a appris ensuite que ce n’était pas pour la randonnée d’Angel Landing qu’ils été équipés ainsi mais pour une autre randonnée appelée The Narrows. Tout cet équipement, avec chaussures et pantalon imperméable, est fait pour marcher dans l’eau froide. Le bâton sert à s’équilibrer pour la marche sur les cailloux mouillés. Cet équipement spécial peut se louer dans différentes boutiques de la ville de Springdale, à l’entrée du parc mais nous n’avons pas pris cette peine. Nous y sommes allé en baskets et en leggings et pris nos bâtons de rando.

La randonnée passe dans un canyon où on marche la plupart du temps dans l’eau. Le niveau peut aller des chevilles jusqu’à la taille. Trouver le chemin n’est pas difficile, il faut juste rester dans le canyon et suivre la foule. Décider jusque là où on veut aller est beaucoup moins évident comme il n’est pas possible de sortir du canyon en un jour et que l’on est obliger de faire demi-tour à un moment.

Pour nous ce n’était pas difficile, nous avons fait demi-tour après avoir trouver le trésor au pied de l’arc-en-ciel. Non, plus sérieusement, nous nous sommes arrêté jusqu’à une jonction avec un petit canyon secondaire.

Finalement, la randonnée The Narrows donne une toute petite idée des possibilités de canyoning à Zion.

2.3. Canyon Overlook Trail

Plus un point de vue qu’une vraie randonnée, le sentier de 1,6 km qui mène à Canyon Overlook est pourtant très intéressant. Il passe au dessus d’un canyon très étroit (Pine Creek Canyon) pour finir sur des dalles qui offrent une superbe vue sur les montagnes situées au sud de Zion. Pour avoir le soleil derrière soit lorsque l’on regarde le point de vue, il faut y aller le matin.

IMG_9868
Canyon Overlook

2.4. Autres Randonnées

Il existe encore un choix de randonnées de tout niveau à Zion. Nous avons aussi été aux Emerald Pools, une marche vraiment facile pour aller voir des piscines naturelles, que nous n’avons pas trouvées extraordinaires par rapport à d’autres piscines naturelles que nous avions déjà vu, notamment à Desolation Wilderness.

D’autres randonnées plus longues mais que nous n’avons pas faite sont Hidden Canyon Trail et Observation Point Trail. Les deux sont situées dans le canyon de Zion.

3. Kolob Terrace

La partie Kolob Terrace est une autre partie de Zion National Park qui comme Kolob Canyon possède une entrée indépendante du canyon principal. Cette route s’appelle Kolob Terrace Road et se trouve à l’ouest de Springale. C’est une route panoramique qui passe « derrière » Zion et qui permet de voir les différents sommets d’un autre angle que celui du canyon principal. Elle donne aussi accès à un choix de randonnées moins connues et moins fréquentées.

Nous avons d’ailleurs dormi le long de la Kolob Terrace Road mais sur la BLM Land (des terres publiques où l’on peut faire du camping sauvage) qui est positionnée avant le parc. Ce qui change beaucoup pour le camping en Utah par rapport à la Californie et aux autres états plus au nord, c’est le sable. En plus, lors de notre séjour, nous avons eu quelques jours avec beaucoup de vent. Et vent et sable, ça ne fait pas bon ménage. Encore moins avec la tente. Pour elle ça a été le début de la fin. On c’est quand même retrouver une nuit dans une tempête de sable. Celui ci c’est infiltré dans notre tente par tous les moyens possibles. Les fermetures ont bien soufrèrent et nous, nous avons manger du sable pendant la nuit. Au matin on s’est retrouvé avec les duvets et les matelas complétement recouvert de sable. Ça a duré deux nuits ainsi, ensuite ça c’est calmé.

Conclusion

Si les randonnées sont très fréquentées à Zion, pour l’escalade nous avons vu peu de monde (environ une autre cordée par jour). Avec l’expérience gagnée par la suite sur le grès, Zion serait un des sites où l’on reviendrait en priorité afin d’essayer des grandes voies qui nous semblaient trop engagées à l’époque.

Notre découverte du grès de l’Utah continuera avec les canyons et les arches des parcs nationaux, avec les tours du désert autour de Moab et avec le marathon des fissures à Indian Creek…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :