Plages autour de Nouvelle Zélande

L’eau, l’océan, les plages…, ce ne sont pas les thèmes les plus abordés dans rochers autour du monde. Et pour cause, le sujet du voyage est censé plus tourner autour de l’escalade et de la montagne que de la bronzette sur le sable.

Et pourtant, voilà qu’en Nouvelle Zélande les températures autour de 30°C et le soleil omniprésent, nous ont convaincu d’échanger nos chaussons d’escalade et notre baudrier contre le maillot de bain et la crème solaire.

Pour ceux qui auront, nous l’espérons, autant de chance que nous avec  la météo en Nouvelle Zélande et qui voudront profiter des magnifiques plages qu’offre le pays, voici un aperçu de quelques unes que vous pourrez visiter.

Hahei et Cathedral Cove

 

 

 

Le village d’Hahei se trouve dans le Coromandel, une péninsule proche d’Auckland, sur l’île du nord. Directement à partir du village, la plage d’Hahei est une longue lagune de sable donnant sur le Pacifique. Très agréable pour se baigner, elle est aussi spéciale car, de cette plage commence un chemin qui mène à différentes criques, dont la plus connue, Cathedral Cove.

En effet, Cathedral Cove est une plage unique d’où on peut admirer des monolithes sortant de la mer au travers d’une arche qui permet de relier deux plages entre elles. Il faut venir à marée basse pour avoir l’accès à la plage. Si cela se coordonne, c’est encore mieux d’arriver tôt ou tard dans la journée. Cela permet de profiter d’une belle ambiance et de moins de monde. Sur le chemin, il est possible de faire un détour par plusieurs petites criques. Gemstone Bay est connue pour le snorkelling.

Accès : environ 50 min de marche de la plage d’Hahei permettent de rejoindre Cathedral Cove. Le parking de la plage étant vite occupé, il faut venir tôt ou se garer au parking indiqué dans le village où partent les navettes.

Tauranga et Mt Maunganui

 

Nous sommes passé à Tauranga car cette ville était sur notre route et pour faire la randonnée sur le mont Maunganui. Ce dernier est un petit volcan qui permet d’avoir une vue sur la ville et ses plages. Même si son nom signifie « grande montagne », il ne fait que 232 mètres de haut. Plusieurs chemins mènent au sommet ce qui permet de ne pas prendre le même chemin à la montée et à la descente. Quoi que vous choisissiez, vous ne serez pas seuls, le mont étant populaire des coureurs ou des promeneurs-vacanciers. Au sommet se dévoile la vue sur la ville (la 5ème plus grande de Nouvelle-Zélande) et son immense port de marchandise. Vous l’avez compris, ne vous attendez pas à un coin de nature sauvage en passant par ici. Nous ne nous y sommes pas attarder. Néanmoins, le lieu est connu pour le surf. On y trouve de nombreuses écoles.

Whakatane et Ohope Beach

 

 

 

Whakatane, « Everything under the sun ». Voilà le slogan que vous verrez afficher le long des rue à Whakatane. En effet, la ville est l’une des plus ensoleillée du pays. Et le slogan a tenu ces promesses lorsque nous y sommes passé.

Une randonnée connue, Ngā Tapuwae o Toi (Randonnée de Toi) part de Whakatane et fait une boucle de 16 km. Nous n’avons pas fait la boucle mais certains passages du chemin qui passent par le Kohi Point, la baie d’Otarawairere et la plage d’Ohope. Le chemin passe dans le bush, la forêt dense typique de Nouvelle Zélande et le long des falaises côtières. Par temps clair, il est possible d’apercevoir les îles Whale et White Island. Le Kohi point offre un bon point de vue sur l’océan. La baie d’Otarawairere permet de se baigner en toute tranquillité sur une plage de sable entourée de rochers. Quand à Ohope Beach, c’est une langue de sable qui s’étend à l’infini. On est sûr d’y trouver une place pour étendre sa serviette ou pour utiliser sa planche de surf.

Whakatane c’est aussi le lieu de départ pour White Island, le volcan le plus actif de Nouvelle-Zélande. Un tour sur White Island est une occasion unique, pour la plupart d’entre nous, d’aller visiter le cratère d’un volcan en activité. Et nous allons vous racontez ça bientôt.

Cape Palliser

 

 

A l’extrémité sud-est de l’île du nord ce trouve le phare du Cap Palliser. Si vous avez le temps, faites le détour par ce coin reculé et sauvage de l’île pour gravir les 250 marches de ce phare datant de 1897. Par temps clair, vous pourrez apercevoir l’île du sud au loin, sur votre droite.
La route côtière pour se rendre au phare est magnifique. Elle passe par les Putangirua Pinnacles des colonnes rocheuses très fragiles. Vous pouvez vous y arrêter pour aller vous promener entre les tours qui ont servit de décor à la scène du chemin des morts dans le seigneur des anneaux.
La plus grande colonie d’otarie de Nouvelle Zélande se trouve aussi au Cap Palliser. Elle se situe un peu avant le phare. Nous nous sommes arrêté à un premier point d’observation où des mâles faisaient la sieste. On peut les approcher de près, cependant, il faut toujours veiller à ne jamais se placer entre les otaries et l’océan. Nous nous sommes posés sur un rocher d’où nous les avons observés.
De temps en temps, nous avons entendu des ronflements très forts sans pouvoir vraiment les localiser jusqu’à ce que nous nous rendions compte qu’un gros mâle fesait un roupillon juste sous notre caillou.

Un peu plus loin, c’est un spectacle incroyable auquel nous avons pu assister : des petits jouant et sautant dans un petite baie surveillés par leurs mères. Nous ne pouvions pas nous lasser de les observer.
Le soleil qui commençait à se coucher nous a rappeler à l’ordre : il faut trouver une place de camping pour la nuit.

Wharariki beach

 

 

Wharariki Beach est une des plus belles plages qu’on est vu (et pas seulement de Nouvelle Zélande). Mais pour l’apprécier dans toute sa splendeur, il faut marcher jusqu’à l’extrémité ouest de la plage, en passant par Nikau et Dune lakes, là où vous pouvez vous promener autour des différentes formations rocheuses. Il faut y être à marée basse. Alors, on peut se faufiler sous les différentes arches creusées par la mer. En longeant la plage, on distingue dans l’océan deux imposants rochers percés. Il est aussi possible d’apercevoir des otaries sur la plage ou sur les rochers.

Après avoir traversė la plage, la randonnée passe par les dunes, puis rejoint le Hill Top Track qui longe la côte. On passe au dessus de falaises qui tombent à pic dans l’océan. Cela nous permet de rejoindre le Farewell Spit qui offre un point de vu grandiose sur les falaises creusées par l’eau.

Plus d’information sont disponibles dans les centre du DOC (Department of Conservation)

Kaikoura

La ville de Kaikoura n’offre pas les plus belles plages pour se baigner. En revanche, c’est un des meilleurs lieux pour observer les animaux marins. Les courants marins particuliers de la péninsule attirent un grand nombre d’espéce dans ses eaux : baleines, dauphins, otaries ainsi qu’un grand nombre d’oiseaux dont la vedette est l’albatros, le plus grand d’entre eux. Plusieurs agences permettent de les observer.
Si vous préférez observer les animaux de la côte, une randonnée la longe sur environ 3,5km. Deux chemins sont possibles, un le long de la côte, l’autre sur les falaises. Cela permet de varier entre l’aller et le retour.
En chemin, on peut apercevoir des otaries et de nombreux oiseaux marins.

Moeraki

Sur l’île du sud, il faisait un peu froid pour se baigner. Du coup, il faut trouver une autre occupation. Les Moeraki Boulders sont une bonne opportunité pour cela. Nous nous sommes bien amusés à sauter sur les rochers ou à prendre des photos sur ces formations géologiques étonnantes. Apparemment, cela à aussi beaucoup amusé les japonais qui sont arrivés en groupes un peu plus tard et qui on essayé de nous imiter.
Concernant l’accès, le parking du DOC est gratuit contrairement à celui du restaurant qui demande 2$ pour accéder à la plage.
Le soir, nous nous sommes rendus au Katiki Point, de l’autre côté du village, dans l’espoir de voir des manchots aux yeux jaunes, les manchots les plus rares du monde. La saison pour les voir est de novembre à décembre lorsque les parents reviennent de l’océan pour nourrir leurs petits. À notre période (mars), c’est la saison où ils changent leur plumage. Ils ne peuvent pas nager car leur plumage n’est plus perméable. Ils se trouvent donc sur la terre ferme mais se cachent pendant ce temps où ils sont vulnérables.
La chance nous a sourit, à 19h15, un quart d’heure avant la fermeture du park. Nous en avons vu un sortir d’un buisson. Immobile, nous l’avons regardé jusqu’à ce que le temps nous le permette encore. Nous sommes sortit un peu après 19h30. Juste à temps pour ne pas être resté enfermé derrière les barrières d’entrée.

Pancakes rocks

IMG_3810

Les pancakes rocks sont des formations rocheuses particulières. Ce n’est pas une plage mais comme c’est à côté de l’océan, nous allons en parler aussi dans cet article.
Ces colonnes de calcaires forment des strates horizontales de largueur régulière comme si on avait empilés des pancakes les uns sur les autres.
Le spectacle mérite d’être vu à marée haute car les vagues s’engouffrent dans ces formations y creusant tunnels et ponts en pierre, ainsi que des cheminées d’où l’eau ressort de temps en temps en faisant des bruits de piston.

Pour localiser ces magnifiques endroits, vous pouvez regarder ici.

Et comme la Nouvelle Zélande, n’est pas seulement réputée que pour ces plages, d’autres articles vous présenteront bientôt les autres merveilles à découvrir dans ce pays.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :