Huayna Potosi

Pour continuer sur notre lancée à travers les hautes montagnes, nous avons tenté l’ascension du Huayna Potosi (6088m) en deux jours en autonomie. C’était notre 2ème montagne de plus que 6000 mètres, un sommet en neige et le plus haut que l’on ai fait jusqu’à maintenant.

Le Hyana Potosi est situé dans la Cordillera Real à environ 40km du centre ville de La Paz.

1. Organisation

C’est en se renseignant sur les salles d’escalade à La Paz que nous nous sommes rendu compte que l’une d’entre elle, La Cueva, était très proche de notre hôtel. Sur place, nous avons tout de suite été très bien accueilli par les propriétaires qui nous ont donné des informations sur l’escalade et l’alpinisme en Bolivie. Et nous avons commencé à échanger avec eux sur la possibilité de faire le Huayna Potosi en autonomie. Les conditions étaient bonnes et les propriétaires avaient un contact pour avoir les clés d’un des refuges et ainsi pouvoir utiliser le matériel de cuisine. Il ne nous faudrait que transporter notre propre nourriture. Pour le transport, la propriétaire du refuge nous a encore organiser un taxi la veille de notre départ (150 Bs/20 Euros pour un aller) qui nous a déposé à Casa Blanca au col de Zongo, le point de départ pour l’ascension.

2. Montée au refuge

Au col, nous nous apercevons que nous ne serons pas les seuls à tenter le sommet. Plusieurs groupes attendent le départ au niveau du col. Nous discutons un peu avec des français. C’est la première fois qu’ils mettent des crampons. C’est le cas de beaucoup, de monde qui tente le Hyana Potosi. La montagne est proposée par toutes les agences de La Paz. N’importe qui peut tenter l’ascension.

Après un picnic nous commençons la montée jusqu’au refuge sur un très bon chemin se terminant par un petit passage avec des cordes fixes (T4-) entre des refuges. Après la grande moraine et juste avant que la montée devienne plus raide, se tient un petit poste de contrôle où il faut payer 20 Bs/3 Euros par personne. Avant le glacier, sont installés plusieurs refuges. Le notre (Anselme Baud) est le plus haut et est situé au pied du glacier, à 2.5h environ du col de Zongo. Quand nous sommes arrivés, deux guides étaient déjà là avec leurs clients. Nous leurs avons demandé le fonctionnement de la cuisine. Au départ, un peu surpris de voir débarquer une cordée sans guide (il n’y a pas beaucoup de cordées qui font la montagne sans guide. Le lendemain, il y avait 20 cordées guidées et nous!), nous avons ensuite bien sympathisé en parlant montagne. C’est toujours pratique d’avoir des photos du Cervin sur le portable. Nous avons pu ainsi un peu échanger pendant que nous cuisinions, les guides pour leurs clients et nous pour nous même.

 

3. L’ascension

A 00h45, nous nous réveillons. Si on peut employer le terme réveillé car en fait nous n’avons pas vraiment dormi, probablement à cause de l’altitude du refuge (env. 5200m). Mais le fait de ne pas avoir mal à la tête et d’avoir bien mangé la veuille, nous a indiqué qu’on était quand même bien acclimaté.

Le refuge est idéalement placé. Nous avons pu mettre les crampons dès le départ et après 20 mètres sur les cailloux nous avons rejoint la trace bien visible sur le glacier. Au loin nous voyons une trainée de lampes torches qui se bougent doucement dans le noir le plus total. Il est 1h40. Nous sommes les seuls à partir aussi tard. Mais nous avons calculé pour être au sommet au moment du levé de soleil. Il fait trop froid pour rester au sommet la nuit, donc il ne faut pas être trop tôt. Nous avons commencé très doucement pour économiser notre souffle. La montée est plutôt douce sauf deux parties plus raides (28° environ). On enjambent quelques petites crevasses, puis une grande assez impressionnante que l’on a traversé sur un pont de neige. On s’est demandé comment il pouvait tenir avec autant de personnes qui sont passées dessus. D’ailleurs à la descente quand nous avons eu plus de visibilité et que nous avons pu voir que nous pouvions contourner la crevasse, nous l’avons évité. Une partie pas trop raide et sans difficulté nous a mené à la pente finale. Il reste alors environ 200m de dénivelé entre 35-40° et quelques parties courtes à 45°. Pendant la montée nous avons rattrapé la plupart des cordées et nous sommes arrivé aux premières lueurs du jour au sommet à 6088 mètres. Il est 5h10. la montée nous a pris 3h30. Le sommet était bien rempli avec les guides, les touristes et nous les alpinistes (ou qui essayons de l’être ;-)). Le temps était magnifique et nous avons vu tous les sommets importants autour de La Paz et de la Cordillera Real. Aussi impressionnante, était la vue sur La Paz et El Alto représenté par une mer de lumière.

 

La descente a été rapide malgré plusieurs petits arêtes pour des photos et admirer le beau glacier qu on avait pas encore bien vu pendant la montée dans la nuit. Après 1h30, à 7h10 nous sommes de retour au refuge.

 


Le Huayna Potosi est une montagne qui techniquement n’est pas du tout difficile, mais c’est le plus haut sommet et le plus lointain que l’on a fait en autonomie. Nous sommes donc très content d’avoir réussi ce projet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :