Cotopaxi

Nous avions choisi comme une de nos destination l’Équateur, notamment à cause de ces volcans. Nous étions curieux de les voir et d’en gravir quelques uns. Le Cotopaxi nous a intéressé car il a vraiment la forme typique du volcan : un cône parfait avec le cratère en son centre et comme il est actuellement actif on peut voir des nuages de fumée sortir du cratère.

Le Cotopaxi s’élève a 5897 mètres d’altitude comme tous les volcans de plus de 5000 en Equateur, il est obligatoire de faire son ascension avec un guide. Comme nous avions vraiment envie de tenter son ascension, nous avons chercher un guide déjà avant le départ du voyage.

  1. Recherche du guide

En se renseignant sur internet, nous avons trouvé qu’il était possible de contacter un guide par l’ASEGUIM, l’association équatorienne de guide de montagne. Sur leur site internet, on peut voir les membres et avoir leurs coordonnées. Parmi tous les membres, nous en avons contacté un au hazard. En parallèle, nous avons contacté deux agences sans grand succès. Au contraire, le guide contacté en direct nous a tout de suite répondu. Nous avons fixé une date d’ascension avec lui et il s’est occupé de la réservation du refuge et du permis. Nous sommes restés pas mal en contact par whatsapp avec lui et nous avons pu le rencontrer 5 jours avant l’ascension afin de voir ensemble les détails de l’ascension. Par exemple, pour le matériel nous avons décidé de prendre notre propre matériel de montagne que nous utilisons dans les Alpes.

2. Montée au refuge

La veille de l’ascension, Camilo vient nous chercher avec son 4×4 et on monte dans le parc du Cotopaxi, jusqu’au parking à 4650 mètres. On voit bien le refuge et il semble super proche mais finalement nous avons mis 35 minutes pour gravir les 200 mètres de dénivelé dans le sable et les petits cailloux. A peine nous commençons à marcher qu’il se met à pleuvoir. C’est devenu un peu la routine, mais à un moment Michel à senti l’électricité pas loin. On descend en vitesse de l’arête sur laquelle nous étions en train de marcher et on a continuer la monté dans une espèce de creux.

Le refuge était une belle surprise après les Ilinizas. Il est grand, propre et agréable. Le repas est très bon. D’après Camilo, il est fréquent que certains weekend, il accueille jusqu’à 120 personnes. On a eu de la chance puisque ce soir-là, nous n’étions que 20. On s’est couché à 19h30 et on a plutôt bien dormi par rapport au refuge de las Ilinizas. On devait être mieux acclimaté pour supporter cette nuit à pratiquement la même altitude que le Mont-Blanc. Après une discussion avec Camilo, nous avons décidé de nous lever à minuit. Une heure plus tard que les autres cordées. Camilo a pensé qu’on pourrait aller vite et que si on arrivait trop tôt sur le sommet, avant le levé de soleil, on ne pourrait pas attendre sur le sommet à cause du froid. Donc il fallait mieux arriver plus tard que trop tôt.

3. Ascension

Il est minuit. Le réveil sonne. Après un petit déjeuner rapide, nous nous préparons au départ. Nous sommes bien habillés : un pantalon polaire en dessous de mon pantalon de montagne pour moi, le pantalon de pluie par dessus le pantalon de montagne pour Michel.

Le début de la marche se passe encore dans le sable. C’est raide mais on avance vite. Une heure plus tard, nous arrivons au glacier. Nous y rejoignons 2 des 6 cordées qui tentent aujourd’hui l’ascension et qui finissent de mettre leur crampons. Il fait froid et en plus de chausser les crampons, on enfilent des affaires chaudes en plus : masques pour le visage, gants doudounes.

Sur le glacier, je ne me sens pas très bien. La montée est raide et on ne traîne pas. J’ai un peu mal au ventre et je me demande à ce moment là comment je vais faire pour arriver au bout alors que nous sommes qu’à 1/4 de l’ascension. Je me concentre alors sur ma respiration. Je respire à fond: Je n’ai jamais autant souffler que pour cette ascension. Plus tard, Camilo nous dira qu’il trouvait qu’on a avancé vite mais comme il nous a pas entendu souffler trop fort, il a continué sur ce rythme.

Ensuite, nous arrivons sur une longue traversée. Cela fait du bien. On arrive à reprendre notre souffle et à nous reposer plus ou moins. Nous commençons à faire un peu plus de pauses afin d’arriver au sommet au lever du jour. Il fait vraiment froid et on se rend compte qu’on est un peu limite avec notre matériel (surtout pour les chaussures). On rajoute nos doudounes en plus de toutes nos épaisseurs. Puis, on attaque la montée finale : 200 mètres encore bien raides avant le sommet. On commence à sentir le souffre à certains endroits. Michel souffre aussi durant ces derniers mètres qui n’en finissent plus.

Puis, le sommet arrive en même temps que le soleil. Une ambiance indescriptible tellement ce qui nous arrive est émouvant. Toutes les cordées se félicitent. Ce matin, tous le monde aura réussi à arriver en haut mais tout le monde semble avoir beaucoup souffert. Nous avons mis environ 5h pour la montée avec les pauses pour arriver au bon moment au sommet.

Au sommet, les autres volcans se découvrent : Chimborazo, Cayambe, Antisana, las Ilinizas. Malgré le froid, nous sommes restés presque une 1/2 heure afin de profiter du spectacle.

A la descente on découvre le paysage du glacier avec le chemin qui zigzag entre des crevasses et des séracs impressionnants. Sur la neige et plus tard le sable on arrive à descendre vite et à atteindre le refuge en 1h45.

 

 

 

4 commentaires sur “Cotopaxi

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :